PDV Castiel

 

Vous savez, je crois que je vais jamais vraiment m'y habituer.

A cette nouvelle Rosalya que je découvre, je veux dire. C'est comme si j'avais passé ma vie avec une touffe de cheveux devant le visage et que soudainement on me l'avait coupée. Genre wooooh mais on est carrément mieux là, pourquoi je l'ai pas fait avant ?

 

... ouais, y a plus classe comme métaphore.

 

PDV Rosalya.

 

              Je crois qu'il existe deux types de personnes.

Les uns apprécient la chaleur de l'été qui se peut réconfortante, ou encore cette illusion de jours heureux; et les autres au contraire, ne la supportent pas - tout simplement.

Je fais partie de la deuxième catégorie, étant très peu résistante à la chaleur.

 

Enfin, là n'est pas le récit étant donné que nous êtions encore au printemps à ce moment là; aux portes de l'été, certes.

Castiel et moi marchions paisiblement le long de la route qui nous mènerait aux studios, en silence et cela ne me gênait pas, parce que parler pour ne rien dire est inutile.

Le soleil se couchait à l'horizon, reflètant les couleurs de son agonie sur la mer que l'on apercevait en contreb--

- Rosalya ?

- Hiss, Castiel, tu viens de détruire l'ambiance.

Un instant de flottement.

- Je suis censé comprendre ? hésita-t-il.

- Pas vraiment.

- J'crois que ... Où est passée ta sacoche ?

- Serais tu pris par des soucis optiqu-- 

 

J'écarquille mes yeux, en tapotant vainement mes hanches; et là, c'est le drame. Elle s'est volatilisée.

- Castiel, j'ai bien l'impression que ma sacoche vient juste de s'évaporer.

Il croise les bras, affichant une moue pensive.

- Ta sangle était désserrée, pas vrai ? Elle a du tomber ...

Un instant, je suis terrifiée à l'idée d'avoir laissé mon carnet à l'intérieur, puis je me rappelle avec soulagement l'avoir laissé sur mon bureau. Au moins une chose de rassurant.

- Iris va me tuer. Bien, je soupire en haussant les épaules.

Et bien, qu'il en soit ainsi, le destin a voulu que je perde ma sacoche.

 

- On peut toujours essayer de la retrouver ... ?

- Vraiment ? On est pas les seuls dans cette ville.

Il effectue un magnifique mouvement de tête dans le but de dégager quelques mèches rouges sombres, mais qui donne l'effet inverse en aggravant sa coiffure et lève une main comme pour me montrer la magnificence de sa paume.

- Crois en ton frère !

Ah. Bizarrement, je suis sceptique. Néanmoins amusée, j'invite monsieur le frère à faire demi  tour pour retracer notre trajet en sens inverse.

 

_________________________________

 

PDV Iris.

- C'était sympa..

Sympa ... C'était plus que sympa pour moi. Mais ça je vais jamais oser te le dire, pas vrai ? A la place, j'ai ce putain de sourire niais et vide sur les lèvres.

- J'ai été vraiment ravi de te rencontrer, mais je vais bientôt devoir rentrer chez moi. Donc ...

 Nan. Nan. Reste. Ou au moins, fais vite, ne sois pas si --

Me surprenant, il m'a prise dans ses bras, dans une douce étreinte chaude qui me donne envie de fondre en larmes.

-- si parfait ...

- Un câlin d'adieu.

Adieu. Quel mot horrible.

Horrible.

 - Hnn ...

Je pose ma tête contre son épaule, respirant une dernière fois son parfum, tentant de le graver dans ma mémoire sans grand espoir.

Et puis, au bout de quelques minutes qui donnèrent l'impression d'avoir été un clignement de paupières, Maxime recule, avec un sourire ...

Désolé ? Triste ? De pitié ? Je ne sais même plus.

- Je suis vraiment heureux de t'avoir rencontrée, je penserais souvent à toi en tout cas, dit il doucement. T'as un skype ou un truc dans le genre pour qu'on reste en contact ?

- On a toujours nos numéros, je tente de sourire. Heureuse de t'avoir rencontré aussi !

- Tu sais, si tu veux me dire au revoir demain quand je partirais ...

Quand tu partiras ...

- Tu connais Luz Besson?

... PARDON ?!

Luz Besson ?

CETTE fille ?! Cette fille parmi tant d'autres ? Elle ? Pourquoi ? Mais qu'est ce qu'elle a de plus --

...

Qu'est ce qu'elle a de plus que moi ... ?

"Elle l'a lui."

"Besson."

 

- Oui, je la connais, enfin, de loin ...

Retiens toi, Iris. Mes ongles maltraitent la chair de ma paume. Aie l'air désinvolte, Iris.

- Mais je ne pourrais sûrement pas, en ce moment je travaille au studio de la ville, et je commence très tôt ...

18 heures.

 

- Ah, c'est dommage, en tout cas, tu pourrais bien t'entendre avec elle, elle est super sympa.

- Je ... suppose, oui.

"Sympa."

 

Alors que j'allais relever la tête vers Maxime pour lui dire adieu, pour de bon, cette fois ci, un bruit derrière le muret du studio du fond me fit ticquer, à deux doigts de me retourner.

A deux doigts de me retourner,

Parce que si je ratais un moment avec lui, j'allais me le reprocher toute ma vie, sûrement.

- Bon bah ... Adieu ...

Oh merde. Oh merde merde merde, c'est pas vrai, je peux plus le faire là, je vais craquer --

- Je t'oublierais pas..je te le promets ...

Maxime ne pars pas, me laisse pas ici, me laisse pas dans cette vie que je hais, laisse moi vivre encore un peu, s'il te plait --

 

"Moi non plus"

Alors qu'il disparaissait, emportat avec lui les couleurs qui avaient pendant un bref instant embelli sa vie, des larmes roulèrent sur ses lèvres, toujours crispées en un sourire. En ce sourire, la seule chose qu'elle avait réussi à faire; Elle devait se résigner maintenant.

Elle ne devait plus être lâche.

 

_________________________________

PDV Castiel.

 La porte claqua et un silence parcourut la rue et les studios.

Oh putain.

Rosalya à mes côtés est assise contre le muret. On a fini par entendre tout la scène.

- On ne peut pas laisser Iris toute seule.

- J-j'aurais jamais cru qu'Iris ...

Iris.

La fille qui avait toujours été si forte. Qui ne se laissait pas abattre.

Qui s'occupait dem'en foutre une lorsqu'il faisait des choses stupides.

...

Iris.

Les larmes qui avaient coulé sur son visage semblaient si ... 

 

                                                                                                      Si différentes.

 

 

_______________________________________________________________________________________________

         

              a     

 " Fake tears hurt others. But fake smiles only hurt yourself"

 

Voilà, j'ai enfin fini :') PARCE QUE CA DOIT FAIRE DEUX MOIS ET J'AVAIS DIT DE "rester connecté" pffftch

J'espère que vous vous êtes pas trop brulés les yeux à lire ... ça :') JE SUIS TELLEMENT EN RETARD FAUT QUE JE FINISSE CETTE GENERATION OMG DEJA UN AN

N'hésitez pas à commenter surtout ;_;

 

Any-chan \o/

//se fait défoncer à coups de poêles à frire//