1

 

 

 

Iris s'avança dans le supermarché, les mains fourrées dans les poches de son manteau, et ses cheveux noirs volant derrière elle. Aujourd'hui, des promotions s'organisaient et ce n'était pas les économies des triplés qui allaient les dédaigner.

 

 

PDV Iris.

J'espère que Rosalya ne tentera rien. La voir dans cet état n'est tout simplement pas supportable ... Je devrais me dépêcher de les faire, ces courses.

Et pendant ce temps, l'autre roux s'éclate avec Vanessa, hmm ...? Désespérant.

Qu'est ce qu'il me reste à prendre déja ? Ah. Des crayons. 

5

 

Le contact d'une main chaude sur la mienne me fit soudainement sursauter. Wow, on va vite se calmer là. 

— Je l'avais en premier !

Un inconnu me fixe de ses yeux d'un étrange bleu qui m'intrigue. Enfin, l'heure n'est pas aux contemplations, s'il croit que je laisserais passer le dernier paquet de crayons à un prix abordable, il se met le bras dans l'oeil.

— Ah ouais, et t'as ton nom dessus, crétin? Tu vois bien que ma main était posée avant, nan?

— Ma main y était avant et tout ne t'appartient pas je te signale ! me répond il, les sourcils froncés.

... Il croit me faire peur ?

— Ça s'applique également pour toi !

Il a l'air un instant surpris devant ma véhémence, et soupire. 

 

 

4

 

— Écoute, c'est les derniers qui restent et j'en ai besoin ...

On appelle ça la méthode douce, hmm ? Tss.

— Monsieur n'a qu'à se décaler à droite, et il aura ses crayons ! rétorquai-je.

— C'est les seuls que je peux me payer!

Alors ce n'est pas un fils à papa. Moins décevant que ce que je pensais.

— ...Ça tombe bien moi aussi.

 

Soudainement, il augmente la pression, l'air décidé à repartir avec la petite boite. Entrons dans le vif du sujet.

 — Je les lâcherai pas!

Haha.

— Compte sur moi pour pas lâcher non plus.

— Eh bien c'est à celui qui tiendra le plus longtemps faut croire....

Tentative d'intimidation on dirait ?

— On est parti pour un siège de plusieurs jours, à moins que tu te dégonfles.

Ses yeux rencontrent les miens, son regard est froid et je sais que le mien l'est tout autant. Au bout de quelques minutes, mes yeux commencent à picoter et pourtant, je n'ai aucune envie de baisser le regard devant mon adversaire.

Argh, c'est la fin.

Pour lui aussi, apparemment, nous avons cligné des yeux simultanément, ce qui m'agace grandement. 

3

— C'est moi qui l'aurais ! tente-t-il de me convaincre.

— Rêve.

Bon, ça commençait à devenir lassant, il fallait en finir.

— Je rêverai que tu te fasse emporter par un tsunami!

— Et toi par une éruption de volcan mais on a pas tout ce qu'on voudrait dans la vie, hein.

— Pourquoi mon rêve ne deviendrai pas réalité? rétorque-t-il.

— Parce que si ça marchait comme ça tu aurais largement de quoi acheter les crayons de bourgeois du rayon d'en face.

 

— Je préfère que tu te fasses dévaster par un tsunami que de devenir riche.

Pas mal la répartie. Pas un de ces garçons qui fait le dur mais qui prend la fuite au bout de quelques secondes. Voyons jusqu'où il peut tenir.

— Merci pour cette belle preuve d'attention, alors.

Il soupire, agacé.

— T'as qu'à être moins chiante !

— Ah, ça ça va pas être possible, je reflète la personnalité de mon interlocuteur.

— Comme qui, ta conscience?

— Comme toi surtout.

Nous continuons à nous lancer des piques en continu, jusqu'à s'essoufler.

—Qui t'es pour me connaître? La reine de la connerie?!

—Nan, parce que ça voudrait dire que je suis ta reine, monsieur le roi des cons.

— Je préfère mourir que de t'avoir comme reine.

— Justement, si tu veux, je fournis ta corde et on en finit, je prends les crayons et tout le monde est content !

— Barre-toi, c'est mes crayons.

 

Ils commençaient à gesticuler tous les deux, et d'un commun accord, ils lachèrent le paquet de crayon pour continuer à se hurler dessus au centre de l'allée.

— T'es débile pour t'approprier ce genre de choses !

— Je te rappelle que tu fais la même chose depuis une dizaine de minutes!

— Sauf que moi, je le fais bien, idiote!

— Parce que t'as des critères pour définir l'art de s'approprier des choses?! Tu dois le faire souvent, non?

93312636

Interrompant leur joute verbale, le garçon hurla soudain.

— Elle est partie avec les crayons ou ...

NAN MAIS JE REVE. PARLEZ NOUS DE DELINQUANCE JUVENILE APRES CA.

En se jetant un bref regard, mon ex-adversaire et moi partons en courant à la suite de la vieille femme qui a déja pris beaucoup d'avance, à une vitesse étonnante pour son âge.

Tout en continuant à beugler, bien sûr.

— Madame, nos crayons, rendez les nous !

— Plus un geste vieille femme, on se calme et on fait lentement demi-tour !

Elle disparut à un tournant.

— Elle s'est barrée, putain ! hurla mon coéquipier.

Reprenant mon souffle, j'aperçus alors un bout de veste rose.

— T'en es sûr ? Parce que moi j'ai l'intention de la rattraper ! repris je avant de m'élancer devant lui.

— Moi d'abord ! 

ARGH. Coriace celui là.

 

PDV Omniscient.

Il la poussa, pas vraiment fort, pour la dépasser dans la course poursuite contre la vieille dame.

 

Elle vacilla un peu mais continua à courir. Ils dépassèrent les rayons un à un, avant de se retrouver devant la vieille femme à la caisse qui les regarda, l'air absolument pas gênée.

- Vous êtes très bien assortis, les petits, nous lança la dite vieille dame.

La même expression empreinte de désarroi se peignit sur leurs visages.

— ELLE ? 

— LUI ?

— Mais quelle horreur !

— Vous êtes folle, ou bien ?

Hélas ! la vieille femme avait déja payé le paquet de crayons, c'était fichu pour eux.

Elle les regarda soudain avec de grands yeux.

 Qui êtes vous et pourquoi est ce que vous me parlez! Bande de garnements! vociféra-t-elle avant d'attraper son caddie et partit à une vitesse surprenante.

 

2

 PDV Iris.

Waouw.

— J'ai pas tout compris là.

Il y eut un petit instant de flottement.

— MAIS HEY REVENEZ ! 

— Rien qu'un petit crayon !

A grands coups d'hurlements bestiaux, ils finirent par attirer l'attention des clients du supermarché qui les regardaient passer en s'écartant prudemment, étonnées de les voir poursuivre une vieille femme.

— Tain! Elle a fait le marathon ou quoi?

— Je penche pour une délinquante à la retraite, lançai-je, toujours en pleine poursuite.

Il sourit.

— Tu sais quoi...si c'est moi qui choppe les crayons, je les partage.

Ca me donnerait presque l'impression que nous sommes en train de faire la guerre, en fait.

Je lui réponds que je ferais sûrement de même et nous continuons à courir, sans grand espoir en fait.

8

 

PDV Omniscient.

 Arriva ce qui devait arriver, le garçon trébucha sur une chaise qui n'avait rien à faire sur une terrasse (enfin si, mais ...) et tomba en entrainant Iris dans sa chute.

— Désolé....De toute façon elle était trop loin..

— Bon. Va falloir se résigner, hmm? T'es plutôt confortable comme mec, rit elle avant de se relever et de lui tendre la main avec un sourire.

Il rit lui aussi. Il n'est pas si stupide que je le pensais, appremment.

— Puisqu'on pourra pas partager de crayons pourquoi pas partager un sundae ou un milkshake? Proposais-je.

Maintenant que j'y repense ... J'aurais du rentrer m'occuper de Rosalya, mais je n'y ai même pas pensé sur le coup, et j'ai accepté son invitation. Une tentative de m'échapper de ma misérable vie peut être ...

— Parfait alors, tu connais pas des bons coins parce que je rend juste visite à une amie et je connais pas trop ?

J'aquiesce, et nous voilà en route pour le Swensens, un glacier non loin du supermarché où nous étions.

9

 S'étonnant mutuellement, les deux adolescents commandèrent un milkshake chocolat. 

 

PDV Iris.

Le glacier est presque désert, et l'atmosphère est paisible. Je finis par m'adosser au mur, les pieds sur la banquette pour siroter mon milkshake.

Le bruit des pailles qui cognent contre le fond des gobelets vides retentit.

— J'ai gagné deux portes-clés, t'en veux un? me propose-t-il avec un sourire.

— Haha, pourquoi pas. 

— Faudra aller les chercher au bar. T'as gagné quoi toi?

 

—Bracelets. Deux. T'en veux un peut être ? proposa-t-elle.

— Bah je le donnerai à ma copine donc pourquoi pas..

— Oh.

Il avait donc une copine. Je n'ai décidément pas de chance.

Nous quittons la boutique tout en nous échangeant les lots et marchons côte à côte. Tiens ? Déja le coucher de soleil ...

93312656

— Heeey regarde, un glacier ! C'est pas équilibré tout ça mais on peut faire quelques extras nope?

— Oh oui ! Glace au melon pour moi ! lança-t-elle avant de se précipiter au stand, des billets dans la main.

— Une aussi pour moi. Dis, puisqu'on semble avoir les même goûts, t'aime quoi comme groupe de musique?

— J'ai un style très varié...Enfin, mon groupe préféré est Imagine Dragons, sourit elle.

— T'es pas sérieuse..

— Quoi? Tu n'aimes pas? Nan, t'oserais pas ne pas aimer Imagine Dragons...

— Si, justement, c'est mon groupe préféré ...

Je commençais à me poser des questions, il commençait à y avoir beaucoup de points communs là. 

 T'es pas sérieux. Nan mais ça commence à faire...Peur là...

 Graveuuh t'es quoi mon clone en fille? Mon film préféré: Inception avec Léonardo Di Caprio et toi?

 Inception ? Oh, encore jamais vu celui là.

 Faut que tu le vois il est génial, un peu complique mais génial. T'as internet et un ordi chez toi? Faut absolument que tu le vois. Je te l'ordonne.

 Oh, puisque monsieur me l'ordonne, rit la jeune fille. Oui, j'en ai un, et je note. Il peut pas être mauvais vu la façon dont tu me le décris.

 Ça fait depuis longtemps que je l'ai pas vu, on le voit ensemble? Je veux voir ta tête quand tu le regardera.

 Si je m'endors pas. Nan, je déconne. Allons le voir, si ça te dit.

— Oki, on va faire comme au ciné, pop corn lumière noir etc, tu vas voir il est géant ce film.

  Je sais que ça fait bizarre, on se connaît depuis quelques heures seulement mais puisqu'on y est après tout. A vrai dire, j'avais l'impression de le connaître depuis toujours.

10

— Ouais ça me va au fait je t'ai dis mon nom? C'est Maxime. Tu peux m’appeler Max.

— Maintenant que j'y pense, je ne connaissais même pas ton nom. Enchantée de te connaître Maxime, je m'appelle Iris. Tu peux m'appeler Iris, sourit elle ironiquement.

— Avec plaisir Iris c'est un jolie nom je trouve, il vient d’où?

— De mes parents? plus sérieusement, j'ai le vague souvenir que ça venait d'un jeu, enfin...Passons.

— Faudra que j'y joue alors si c'est ce jeu qui a inspire ton prénom. Fin' ca dépend de quoi ca parle quand même parce que Barbie non merci.

 Je pense pas que ça te plairait, enfin, peut être, j'en sais rien, sourit elle malicieusement.

L'air commence à se raffraichir, nous surprenant. le temps est passé à une vitesse surprenante.

 On est presque arrive? Et dis, je suppose que les crayons c'était pour dessiner non? C’est quoi ton type de dessin?

— Nan, je ne dessine pas, c'est ma sœur. Je me contente de "composer" de la musique de temps en temps moi.

 Faudra que tu me montres alors, je suis sure que c'est extra.

 Me flatte pas, mes chevilles vont pas tenir le choc, ironisa-t-elle. Mais je ne chante pas moi même mes compos.

 J'aime bien la flatterie c'est fun... Qui chante tes compos?

 Une amie, Vanessa, enfin on est un peu en froid en ce moment. Ça te dirait de tenter ?

 Chanter, moi?

Il avait l'air un peu stressé, et justifia cela par le fait qu'il n'ait jamais chanté.

 Et si tu essayais ? J'aurai la chance d’inaugurer ta voix, alors.

 C'est pas vraiment une chance mais, si t'insistes et t'as un studio, un truc du genre?

 Ouep, Vanessa en a un chez elle.

12

Et merde. Je peux pas lui demander ça après ... Ce qu'elle a fait à Rosalya.

— Au pire, passons à la boutique de musique du coin, le patron connaît mon frère, il pourra nous prêter son studio sûrement.

 Ah t'as un frère?

 Et une sœur aussi. On est triplés, sourit elle.

 C'est quoi leurs noms?

 ... Pourquoi ?

Je crois avoir deviné ce à quoi il pense. Encore une fois, hein ? Hmm ...

— Y'a un type que je supporte pas qui lui et ses deux soeurs, sont des triplés.

Dans le mille. Est ce qu'à chaque fois que j'ai l'impression de me faire, ne serait ce qu'un ami, cette personne sera un ennemi de Castiel ou de Rosalya ?

 — Castiel ?

- Castiel. Et Rosalya.

 

_______________________________________________

 

tumblr_msktrthd8y1r2mfiro8_250Yeay ! Fin de la première partie de cette MAJ !

Elle m'a paru un peu longue, alors je l'ai coupée en deux morceaux, pour pas que vous vous endormiez.

J'y pensais l'autre jour, pour tout ceux que cette intrigue ennuie, ne vous en faites pas, on arrive bientôt à la fin de tout ça, et si la prochaine partie ne vous plait pas non plus, et que la narration commence à vous ennuyer, attendez la génération qui viendra encore après. Elle sera entièrement limitée au Free Play :3

 

 

3100164253_1_80_JJOHmWpV

Passons au plus intéressant.

Les photos ont été prises par Costa, la créatrice de Maxime qui vient de son legacy. D'ailleurs il vous plait ? Vous les shippez ensemble ces deux là :3 ?

J'espère que je n'ai pas trop massacré notre collab Cos >w<

 

La seconde partie est en préparation ! 

N'hésitez pas à lâcher un commentaire, ou à me prévenir si vous repérez une répétition ou des fautes mes petits chouw ♥ *runs away*

 

 

C'était Any, pour vous servir /o/