PDV Rosalya.

Iris m'a serrée dans ses bras encore longtemps, je m'en souviens bien.

Lorsque je me suis réveillée, couchée dans mon lit, elle n'était déja plus là. Iris... Je sais que je lui cause encore plus de soucis que d'habitude, c'est bien pour cela que d'ordinaire je reste impassible. 

« Contre-nature !»

Je me relève après quelques minutes passées les yeux grands ouverts dans la tiédeur de ma couette et reste assise sans savoir ce que je devrais faire.

 Tiens ?

Il y a deux enveloppes à mon chevet, et machinalement je jette un oeil. Apparemment la première est une lettre de la part d'une certaine Aphrodite pour Iris et la deuxième la réponse de ma soeur.

 

__________________

 

Hello !

 

Ben si, ça m'intéresse de savoir ça, sinon je te le demanderais pas, hein.

 

Pour Luz, je lui ai demandée aussi. 

 

C'est donc à cause de ça que tu ne la supporte pas ? je m'attendais à bien pire !

 

Sinon, vu que OUI ta vie m'interesse, quelles sont tes passions ? Ce qui te fait sourire ? J'aime bien savoir ça. D'ailleurs, ce qui me fais sourire, moi, c'est celui des autres.

 

Ta réponse n'est peut-être pas passionante comme tu dis, mais je m'en fiche. Tu m'a fait sourire, merci Iris.

 

 

 

Aphrodite 

 

 

 

Bonjour, ou bonsoir, on s'en carre légèrement l'oignon en fait.

 

Tant mieux, j'espère qu'elle t'expliquera dans ce cas, j'ai pas l'intention de me fatiguer à tout t'expliquer dans les détails.

 

Pire ? Quel genre de scénario tordu as tu inventé encore ?

 

Je compose de temps en temps, enfin ça fait un petit moment que je n'ai pas été inspirée. 

 

Ce qui me fait sourire... Je ne sais pas vraiment. Cela fait un moment que je n'ai pas souri.

 

Et bien, je vais te laisser, j'ai des courses à faire.

 

Iris.

 

_______________

 

Je finis par les reposer, ça ne me regarde pas vraiment après tout. Ne sachant pas bien que faire , je décide de m'habiller et de sortir prendre l'air extérieur.

____

 

Screenshot-1199

 Je n'avais jamais posé le pied sur cette terrasse auparavant, et je ne sais toujours pas comment j'ai trouvé son chemin. Je me suis sans doute perdue, en traversant toutes ces ruelles sans faire attention. 

L'air embaume le thé, et il fait stupidement beau.

C'est comme si... Vous savez, comme si le ciel ne compatissait pas, qu'il n'en avait rien à faire de nos vies saccagées. Enfin, je ne dis rien, je n'ai pas le droit de me plaindre alors qu'en ce moment même, peut être qu'une fusillade a lieu, peut être que des dizaines de vies sont perdues. A coté, je dois avoir l'air d'une fille gatée, et c'est surement ce que je suis. Une fille gâtée et totalement égoïste.

En train de souffrir comme si on allait arracher son coeur.

Screenshot-1205

 

Soudain, me coupant dans mes réflexions, je sens une pression sur le banc, tout près de moi. Une jeune fille s'est installée tranquillement et me fixe de ses yeux d'un étrange vert pomme, les sourcils froncés comme si elle examinait mon visage.

Il y a un instant de flottement, elle semble perdue dans ses pensées. Que suis je censée faire à présent ? Lui demander qui elle est ? Ce qu'elle fait là ? Rien d'intéressant à mes yeux.

Cependant, le silence se fait pesant, alors je décide de lancer le minimum. Peut être qu'elle me prend pour quelqu'un d'autre.

 

Screenshot-1204

 

— Je te connais ?

L'autre baisse un peu le regard, surprise que je lui adresse la parole, apparemment.

— Non, je crois pas. Moi c'est Mélodie, et toi ?

Je ne comprends pas. Cette question n'est pas utile et pourtant, les gens s'obstinent à la répèter dès qu'ils rencontrent quelqu'un. Qu'est ce que c'est en vérité ? T'y intéresses tu vraiment puisque nous ne nous connaissons pas et qu'à la fin de cette journée tu m'auras sûrement oubliée ?

Ca dépend de ce que toi tu veux. Tu voudrais juste que notre échange s'arrête là, à aujourd'hui, que je t'oublie avant ce soir ?

Ah. Apparemment, je l'ai dit à voix haute.

—Ou bien tu préférerais que je te fiche la paix ? Ou encore, peut-être que l'on s'entendra et que ça ne s'arrêtera pas à aujourd'hui. Bref. Si tu veux répondre, réponds, sinon, et bien, je m'en vais...Libre à toi.

—Je suppose que de toute façon, ce n'est pas à moi de décider quoi que ce soit, je réponds, totalement lasse. Je n'en ai pas grand chose à faire, en réalité.

—C'est tout de même toi qui choisis si tu veux répondre à ma question, je ne t'y oblige pas en tout cas, elle répond en croisant ses jambes.

Elle commence à être envahissante, mais cette lueur d'espoir dans ses yeux me change du regard morne d'Iris... Pourquoi pas. Il ne sera pas trop tard si pou la semer si je me suis trompée sur son compte.

— Et bien...Reste si ça te chante. Puis nous verrons par la suite.

Un petit silence. Si ça continue comme ça, c'est perdu d'avance.

— Oui...En tout cas, permets-moi de te dire que tu as l'air...Triste. Je ne demande pas pourquoi, hein, mais...comment dire...Tu me laisserais essayer de te faire sourire ? Donne-moi une heure, et je trouverais un moyen pour que tu sois déjà moins mélancolique.

Des fois je me demande ce qui passe par la tête des autres personnes. Des personnes... Normales je veux dire... Je ne sais pas comment réagir.

...

Et bien, je vais la laisser tenter... Après tout, si elle rate, tant pis, cela ne changera rien. Et si elle réussit...

Cela fait longtemps que je n'ai pas souri.

J'aquiesce, déclenchant alors un grand sourire qui illumine son visage. Comment peut on être joyeux si facilement ? Ca doit être merveilleux.

—Fais-moi confiance, j'y arriverais ! 

 

Screenshot-1207

 

Ce matin là...

Elle m'a attrapé par la main, et m'a mené à travers plusieurs ruelles vides de monde mais où le soleil faisait briller les fenêtres et ou le vent faisait tinter les petites cloches accrochées sur le pas de la porte de certaines maisons.

Puis, nous avons atteint la plage.

— Il fait beau, tu trouves pas ? Si beau. Et chaud, mais pas trop. Le temps parfait ! 

Je me contente de lui répondre par un murmure vaguement approbateur.

Screenshot-1208

—Ca t'évoque quoi, la mer ?

—La mer ?

—Oui.

La mer, hmm ? Bleu. Bleus ...

Comme ses yeux. Ses yeux océans qui scintillent à chaque fois qu'elle rit. A chaque fois... Qu'elle est avec Castiel. Silence. Ne pas pleurer. Pas devant cette fille que je ne connais pas.

-Ok, je vois...Et le ciel ?

 Je me retiens de lacher un sanglot.

-Tu veux quelque chose à boire, à manger ?

 Rien n'a de goût en ce moment...

-...N'importe.

Screenshot-1209

 

— Ok, so let's prendre une glace ! Quel parfum ? D'ailleurs, tu as des passions ?

Je pointe le cône vanille et murmure.

— Peindre. Mais ça fait...longtemps.

Depuis quand n'ai je pas touché à ce vieux chevalet ? L'ai je même emmené quand nous sommes partis ? Je ne me souviens plus. Si je le retrouve un jour...

Spoiler:

Elle me sourit et se sert une glace melon.

Melon.

...

Un tourbillon de lumières semble balayer mes pensées, tandis que mes paupières papillonnent. 

Soudain, Castiel me tient par les épaules, avec un sourire et des yeux pétillants que je ne croyais plus jamais revoir.

— Rosa ! Quel parfum ?

Une petite brune qui arrive par derrière me chuchote de me taire et lui saute dessus sans prévenir,e t les voilà entrain de se chamailler joyeusement tandis que je ris d'eux.

— Les enfaaaants ! Le goûter ! 

...C'était la voix de mon père.

Surprenant toute ma famille, mon arrière grand père passe devant tout le monde en imitant une voiture, attrape une crêpe et repart en courant.

Iris et Castiel partent devant, toujours en se disputant, tandis que je suis toujours en extase devant eux. Mon père se retourna alors, pour me lancer un sourire.

— Tu viens ?

 

Screenshot-1211

 Tout s'est arrêté. Ils ont disparu, tous en même temps.

Je sais cependant qu'il reste un espoir que je puisse revoir ces sourires sur les visages de mon frère et de ma soeur. Tout a changé, mais tout n'est pas fini.

Nous pouvons renaitre.

Tu souris...A quoi tu penses ?

Mon enfance...

Ma famille. 

Je parie que c'est une des raisons de ta tristesse, mais ne t'inquiètes pas -même si je ne pense pas que tu t'inquiètes, en fait - je ne vais pas te harceler pour savoir, moi ce que je veux, c'est que tu sois heureuse au moins un petit moment...

Au contraire, c'est l'un des seuls moments de mon existence qui m'ont rendu heureuse. Je suis contente de ne pas les avoir oubliés, merci de me les rappeler, tentai je de sourire.

Mes lèvres ne sont plus habituées à le faire.

Mon corps ne sait plus être heureux.

Mais je suis bien décidée à réapprendre.

 

____________

A vos claviers les chouchouws ♥ /ARBRE/