Iris tenant une corbeille de vêtements à bout de bras entra dans la laverie automatique. L'odeur de la lessive lui envahit ses narines et elle s'empressa de se diriger vers sa machine habituelle.

Elle vida son panier puis s'installa sur la machine, le dos calé contre le mur. Soudain, alors qu'elle commençait à s'endormir, un flash lumineux la fit papilloner des yeux.

? : Bon... bonjour ?

? : Ce n'est pas...Enfin...Bonjour aussi ?

Iris balaya alors la pièce à la recherche des personnes qui lui avaient adressé la parole mais ne vit personne. Ben voyons, voilà qu'elle entendait des voix.

? : Euh... désolée. Enfin, je veut dire... Je vous entend ! Moi c'est Aphrodite... et j'ai... comment dire... lancé un appel. Vous venez d'un legacy vous aussi, donc ?

? : Ouah ! Euh, oui, je viens d'un legacy...Moi c'est Luz.

— ...C'est quoi ce bordel encore.

Aphrodite : Euh... quoi ? Deux personne ? J'arrive a parler a deux personne comme ça ?

Luz : Apparemment...Tu...Tu as des pouvoirs ?

Aphrodite : Oui... exact. Enfin, vous avez vu, quoi, je parle a distance aux gens.

Luz : Tu es télépathe quoi ? Ow ! C'est trop génial !

Aphrodite : C'est ça. C'est vrai ? Je ne te dérange pas ?

— J'en ai légèrement rien à battre moi. J'aimerais juste finir cette putain de lessive. En paix, rétorqua la jeune femme.

Aphrodite : Toi, je sais pas comment t'est rentrée dans la discussion. Mais tu va pas en sortir tant que je l'aurait pas décidée.

Luz : Nan tu me déranges pas et...Wah...Désolée !

—Génial. Je suis tombée sur un tyran. Si tu crois que mon humeur va s'améliorer d'un coup parce que tu me retiens, tu peux ouvrir une fenêtre et faire un pas en avant.

Aphrodite : Je m'appelle Aphrodite. Et toi ?

—...Obligée ? Iris. Ça t'avance à rien de connaître mon magnifique prénom, n'est ce pas.

Aphrodite : Merci ! Enfin, je voulais savoir... comment c'est chez vous ?

—Wow. Tu sais que ça fait légèrement psychopathe? Et puis laissez moi au moins terminer cette lessive, c'est pas Castiel qui va apprendre à se servir d'une machine à laver.

Aphrodite : Désolée. Mais j'ai besoin de réponse. C'est qui Castiel ?

Luz : C...Iris, Castiel...Emeraude..? déclara alors la deuxième voix, l'air surprise.

—Me dis pas que t'es qui je pense, toi.

Ady : Emeraude. Je connais ce nom ! C'est comme deux de mes oncles. Vous vous connaissez ?

—..J'ai rien compris. Mais j'aimerais bien savoir si je parle bien à la Luz à laquelle je pense.

Luz : Je crois...

—Putain, j'ai presque l'impression que tu me colles là.

Ady : C'est sympa. Écoutez... Luz, Iris... avez vous des pouvoirs speciaux ? Oui, c'est direct mais... j'aimerais tellement savoir !

Luz : J'ai...Oui, j'en ai. Je...Je suis un peu télépathe aussi, et puis...D'autres choses encore.

Ady : J'ai... eu si peur d'être seule que je ne sais pas quoi dire ! Et toi Iris ?

Ady : Luz, tu... tu veut bien me parler de toi ? Oui, ça fait psychopathe comme dirais Iris mais j'en ai tellement besoin, d'entendre quelqu'un parler.

Luz : Nan mais je comprends ! C'est marrant, je me disais ça avant que tu "appelles", que j'avais envie de quelqu'un à qui parler.

Ady : C'est vrai ? Seule Aube me parle, et de magie uniquement. C'est... oppresant. J'ai l'impression de ne pas exister pour moi même.

Luz : Oh...C'est triste ça ! C'est qui, Aube ?

Ady : Une amie... Je l'ai rencontrée avec un de ses appel.

Luz : Elle en a pas tant l'air que ça, si ?

Ady : Ben... c'est compliqué. Elle est sympa, mais elle est tellement concentrée sur la magie qu'elle m'oublie presque.

Luz : Ah, je comprends...C'est tellement dur d'avoir personne à qui se confier vraiment...

Ady : Luz, tu connais Iris, donc ?

— …

Luz : Oui, elle est dans ma classe.

Ady : Ah. Vous n'avez pas l'air de vous aimer.

Luz : Je sais pas, je suis pas très sociale on va dire...

Ady : Moi non plus. Les gens me fuient. Je crois qu'Iris aussi, d'ailleurs. Mais pas toi. Merci.

Luz : Pourquoi je te fuierais ? Bon, ok, tu me parles par télépathie et ça fait à peine quelques minutes qu'on se connaît. Mais tu es gentille, et puis, c'est tellement génial de rencontrer des gens qui ont des pouvoirs aussi...

Ady : Oui... Iris en a peut-être. Sinon, comment aurait-elle pu m'entendre ? C'est elle qui est rentrée dans la conversation, même si elle pense le contraire.

Luz : Oui, c'est vrai...Donc tu peux faire quoi exactement ?

Ady : La télépathie. Aube m'a aussi appris a faire des supernovas, des boules d’énergies plus ou moins puissante, selon notre humeur.

Luz : Mais c'est vraiment trop bien ça ! J'aimerais pouvoir faire pareil.

Ady : C'est plutôt facile. Je pourrais essayer de t'apprendre. Tu sais quelque chose sur la famille d'Iris ? Vu qu'elle s'appelle Emeraude, comme mes oncles Justin et Jack.

— …

Luz : Je sais qu'elle a des triplés, enfin des jumeaux, enfin...Bref. Rosalya et Castiel. Et...Leur père est mort. Après, je ne sais pas trop.

Ady : C'est peut être une cousine éloignée ou un truc dans le genre.

Luz : Oui c'est possible...

Ady : Et toi ? Tu a qui dans ta famille ?

Luz : Je pense pas que tu connaisses...J'ai mon père; Pablo Besson, anciennement Davids, ma mère, Lilou Besson, elle est...Morte...Puis ma famille moins proche, que je vois jamais, mes cousins, Mélodie, Level, Raphaël, mes oncles, Luc et Loïc, mes tantes, Sam et Nina, et mes grands-parents maternels, Louanne et Zack. Je ne connais personne de ma famille paternelle. Et toi?

Ady : Mon père Amour, mon frère Zeus. Sinon j'ai aussi mes tantes Patience, Justice, Victoire et Elegance, mes oncles Juan, Jack, Justin et Evin. Mes cousins Morgane, Antoine, Perle. Et mes grand-mères Marine, Gaya et Shirley.

Luz : Patience...?

Ady : Oui. Tu la connais ?

Luz : Si c'est Patience Verlier, oui je la connais. Elle s'est réfugiée chez nous pendant longtemps, alors que Dragon Valley a failli être bombardée.

Ady : Quoi ? Dragon Valley bombardé ? J'était même pas au courant... oui, c'est elle.

Luz : Nan, mais ça n'a pas été bombardé je crois...Ow ! C'est trop génial !

— Des bombardements?Vla autre chose. On a rien du côté de Starlight.

Ady : Ouf... Il se passe plein de trucs, décidément. Iris ? Tu reparle, toi ?

— Je parle quand j'ai quelque chose d'intéressant à dire. Je déteste les gens qui parlent inutilement.

Ady : Bref, il y a une raison a tout ça, d'après ma déesse, mais je ne veut même pas savoir. Iris, tu connais un certains Justin Emeraude ? Ou Jack ?

— Justin? C'est...Mon oncle. Jack aussi. Ce sont eux qui nous ont aidés à nous en sortir.

Ady : Oh ? C'est mon oncle aussi. Donc, on est cousine éloignées ?

— Ah. Waouw.

Ady : Iris, toi, tu a des pouvoirs ?

— De qui es tu la fille dans ce cas là?Des pouvoirs? Quoi encore?

Ady : Je suis la fille d'Amour, frère de Patience femme de Justin. Et oui, des pouvoirs. Tu n'a jamais réussie a faire des trucs speciaux ?

— ...Tu entends quoi par truc bizarre?

Ady : Genre, réussir a entrer dans une conversation télépathique auquel tu n'était pas conviée a la base ?

—...Dans ce cas là, je crois que tu as trouvé ta réponse toute seule.

Ady : Exact. Vous en connaissez d'autres des gens comme nous ?

— ...

Luz : Oui...

Ady : C'est vrai ? Qui ?

Luz : Maxime et Prudence Costati, les enfants de Sally Costati, la réalisatrice.

Ady : C'est génial ! Je me demandais d’où venait mes pouvoirs... du rien ? Ou c'est génétique ?

Luz : Je sais pas...Je tiens les miens de ma mère, qui les tient de je sais pas ou non plus. Par contre Prue les tient aussi de ma mère, elle lui en a passé, alors Prue en a passé à Max...

Ady : D'accord. Mais on a le même problème, d’où vienne ceux de ta mère ? Peut-être... de rien. Du vide ?

Luz : Elle a parlé de pouvoirs du Guide...

Ady : Du guide ? Comment ça ?

Luz : Je sais pas du tout. Elle était très vague.

Ady : Mystère... j'aime bien les énigmes.

Luz : Super, parce que là c'en est une grosse...

Ady : On va réussir. Il faudrait que l'on se retrouve, un jour. Sûrement quand on sera plus grand...

Luz : Oui...Tu habites ou ? A Dragon Valley ?

Ady : Non, a Twinbrook. Et toi ?

Luz : Midnight Hollow.

Ady : C'est une belle ville ! J'aimerais bien y vivre, moi.

Luz : C'est assez sympa, mais disons que l'ambiance y est...Sinistre.

Ady : J'imagine bien. Luz... est-tu amoureuse ?

— …

Luz : Pourquoi ?

Ady : Savoir, juste. Parce que je n'arrive pas à aimer. je veut savoir si c'est... propre à moi.

Luz: Ow...Je sais pas, c'est étrange quand même... J'arrive à aimer, moi, mais je pense que tu es spéciale.

Ady : Ah... je m'en doutais.

Luz : Ah ?

Ady : Oh, je suis désolée, je dois y aller. Vous m'ecrirez ? En tout cas, moi je le ferais.

Luz : T'inquiète pas.

— Je verrais ça.

 

Les voix "s'éteignirent" alors brusquement et Iris recouvra ses esprits en entendant des bips sonores signalant la fin du cycle de lavage de la machine. Empoignant la corbeille, elle récupéra sa lessive et retourna à sa résidence après avoir laissé les paquets de Castiel et Rosalya chez eux.

Une fois la porte fermée, la sonnerie de son portable résonna.

"Vous avez reçu un nouveau message. - LEGATCHAT" s'afficha sur l'écran.

Hey Iris !

Oui, je t'écris, et si t'est pas contente je m'en fiche.

Comment va tu ?

Ici je vais bien, moi. Pourquoi tu enquiquine Luz, toi ? Elle t'a fait un truc ?

Tu m'avais paru un peu... froide lorsque nous avions parlé. C'est ma faute, ou celle de Luz ?

Je ne crois pas t'avoir fais bonne impression, désolée. Mais... fin, je sais pas, sorte d'élan dingue qui me poussais à vous parler, toute les deux. J'ai vécu un isolement bien plus extrême que ce que l'on pense...

Et merde, voilà que je déballe ma vie, je suis nulle. Bon ben... voilà.

Si l'envie te prend, répond à ma lettre !

Aphrodite.

 

La jeune femme lâcha un soupir et décida de répondre, après tout, elle n'y perdait rien.

 

Je ne pense pas que connaître ma vie ne t'avance, et si tu tiens à en savoir plus sur Luz, demande lui en face.

Je ne la déteste pas à proprement parler, la niaiserie m'écoeure en général et malheureusement, elle en est remplie.

Bonne impression? Tu m'as vue? Je ne juge pas au premier abord, tu sais.

Voilà, tu arrives au bout de ma passionnante réponse.

Iris.